Un bandeau pour améliorer la qualité du sommeil
Premier objet connecté actif du marché des neurotechnologies, le projet Dreem de la start-up Rythm termine une phase de test et passe en phase d'industrialisation.

Un bandeau pour améliorer la qualité du sommeil

Deux anciens étudiants de l’École polytechnique, fondateurs en 2014 de la start-up Rythm, ont développé le bandeau Dreem, un objet connecté actif. Un micro-ordinateur, intégré à un bandeau placé autour de la tête, suit et analyse l’activité cérébrale en temps réel, afin de caractériser les différentes phases de sommeil. Des stimulations sonores, transmises par conduction osseuse au cerveau donc non invasives, améliorent la qualité du sommeil.

Le projet scientifique a apporté la validation que le concept fonctionne. La stimulation audio promeut bel et bien le sommeil profond, comme le montrent l'impact sur la qualité de sommeil et les mesures au réveil du ressenti des personnes et de la consolidation de la mémoire.

Avec la création de la société Rythm, l'enjeu a d'abord été d'adapter l'équipement de laboratoire, qui était composé de 40 électrodes collées avec du gel, pour une heure d'installation et l'activation à la main des stimulations. Deux ans de recherche ont abouti à un bandeau de 40 grammes, pratique à enfiler sur la tête et fonctionnel sur toutes les personnes.

Les résultats des tests cliniques réalisés avec l'Hôtel Dieu vont bientôr être publiés, tandis que des tests écologiques c'est-à-dire en grandeur nature et dans un contexte juste sont conduits sous la forme d'un programme bétâ. Plutôt que de développer la technologie au plus vite sans validation, les données générées grâce à cette série limitée par les 500 personnes sélectionnées et leurs témoignages permettent la validation de la technologie.

La recherche et développement est faite en interne par les ingénieur·e·s de Rythm. La recherche neuroscientifique fondamentale est effectuée en laboratoire, de même que la validation clinique est réalisée par les laboratoiress et les hôpitaux. Au total, l'entreprise travaille en partenariat avec un peu plus de quinze laboratoires en Europe et aux Etats-Unis.

La technologie n'est pas positionnées comme un dispositif médical de traitement de pathologies, il s'agit d'un produit grand public adressé à tous. Le projet, candidat dans la catégorie médecine individualisée, est lauréat de la troisième phase de l'édition 2017 du concours mondial de l’innovation 2030.

Pour cette journée du sommeil, 17 mars, faites attention à bien dormir sur vos deux oreilles.

Rubrique